Récapitulatif des conférences Gobelins et Gnomes de la BlizzCon 2014

Récapitulatif des conférences Gobelins et Gnomes de la BlizzCon 2014

Si vous ne le savez pas encore, la première extension de Hearthstone: Heroes of Warcraft sera agitée par le chaos complètement foldingue et positivement surprenant qui ne manque pas de se produire à chaque duel que se livrent les plus petits citoyens d’Azeroth : Gobelins et gnomes !

Le directeur de jeu de Hearthstone, Eric Dodds, est monté au créneau lors de la conférence de samedi pour nous parler un peu de ces experts en ingénierie, et nous dire à quoi nous attendre pour l’extension lors de sa sortie !


Ben Brode, concepteur du jeu senior
Ben a lancé la conférence en parlant de la première année de Hearthstone avec des statistiques intéressantes, les « meilleure » et « pire » cartes du jeu, une autopsie (ha ha) de Naxxramas et le rôle du hasard dans les jeux (dont Hearthstone). C’est de ce dernier point que nous allons parler.

Le hasard et vous
Le hasard est source de bien des récriminations dans la communauté de Hearthstone. Qu’il s’agisse de voir un adversaire tirer LA carte parfaite au bon moment pour contrecarrer vos plans ou le maître-bricoleur Suprétincelle transformer un serviteur adverse en diablosaure alors que vous vouliez un écureuil, le hasard peut se révéler frustrant. Nous avons tous déjà eu l’impression d’être en train de jouer de main de maître pour voir la victoire nous échapper sur un simple coup de malchance. Il est facile de croire que l’existence d’une part aléatoire dans un jeu diminue le mérite du joueur.

Regardez ce graphique, qui montre des jeux de pur hasard sans intervention du joueur à gauche et des jeux sans aucun élément aléatoire à droite. De nombreux joueurs pensent que Hearthstone, et en fait tous les jeux s’inscrivent quelque part comme ici :

GvGpanel_PPT_1_HS_Lightbox_CK_500x89.jpg

En réalité, ce tableau est complètement trompeur, car ne n’est pas ainsi que fonctionne le rapport entre hasard et maîtrise. Ceux sont deux éléments indépendants, et chaque jeu peut comporter différentes quantités de chaque. La vraie représentation ressemble plutôt à ceci :

GvGpanel_PPT_2_HS_Lightbox_CK_500x281.jpg

Tout jeu auquel on peut gagner ou perdre se place quelque part sur un graphique semblable. Le morpion ne comporte aucun hasard, mais ne demande quasiment aucune maîtrise non plus. Il n’y a pas de championnat du monde de morpion, car une fois que l’on connaît LA « stratégie » toutes les parties se soldent par une égalité. Certains jeux extrêmement aléatoires (comme le Monopoly) proposent très peu d’occasions de faire preuve de maîtrise pour gagner.

Les échecs sont un exemple classique de jeu qui demande beaucoup de maîtrise sans aucun hasard. Mais à haut niveau, ce genre de jeu exige souvent d’énormes efforts de mémorisation, car les parties se déroulent souvent de manière similaire. Bobby Fischer, l’un des plus grands joueurs d’échecs de l’histoire, avait proposé de rendre le placement de la rangée arrière aléatoire pour résoudre ce problème !

Restent les jeux qui comportent beaucoup de hasard et exigent beaucoup de maîtrise, à la fois. Des jeux comme le poker… et Hearthstone ! Au poker, même si les mains sont aléatoires, les meilleurs joueurs s’imposent le plus régulièrement, et Hearthstone n’est pas différent. Regardez des joueurs comme Kolento, qui obtiennent sans arrêt de bons résultats en tournoi.

GvGpanel_PPT_3_HS_Lightbox_CK_500x250.jpg

Dans cette catégorie à hasard élevé et maîtrise importante, les jeux ont deux aspects vraiment sympas. D’abord, vous rencontrez en permanence des situations nouvelles. Si chaque partie de Hearthstone ressemblait à la précédente, il serait facile de mémoriser un plan de jeu et de l’exécuter à chaque fois, mais le hasard vous force à réfléchir rapidement pour résoudre de nouveaux problèmes à chaque duel. Une partie comporte plusieurs tours et, pour gagner régulièrement, un joueur doit agir et réagir à des situations différentes à chaque tour pour tirer au mieux parti des évènements et amener sa victoire. Dans ce cas, le hasard peut même augmenter le niveau de maîtrise exigé pour obtenir de bons résultats, justement parce qu’il peut venir mettre un grain de sable dans votre joli plan et vous obliger à réfléchir dans l’urgence.

Le deuxième élément sympa de ce genre de jeu est le nombre d’histoires fantastiques qu’ont les joueurs à raconter. Vous avez besoin qu’un serviteur précis gagne la Baston pour échapper à la défaite, et BIM ! tout se passe parfaitement, votre fabricante d’armures survit et vous parvenez à retourner la situation avec un coup incroyable ! Une bien belle histoire. Le hasard augmente l’intensité et la fréquence de ces anecdotes mémorables.

Ce mélange de scénarios renouvelés et d’histoires incroyables joue pour beaucoup dans ce qui rend Hearthstone si amusant.

Eric Dodds, directeur du jeu
Eric Dodds, directeur du jeu, est ensuite intervenu pour nous parler de la nouvelle extension de Hearthstone : Gobelins et Gnomes !

GvGpanel_PPT_4_HS_Lightbox_CK_500x250.jpg

Une extension pour Hearthstone !?
Exactement ! Une extension ! Plus de 120 cartes pleines de génialitude gobeline et gnome. Vous voulez exploser… transmogrifier… ou aplatir quelqu’un avec un engin de destruction disproportionné, insensé et cracheur de fumée ? Ne cherchez plus, car la pagaille vous a déjà trouvé !

Ça a l’air top ! Mais pourquoi Gobelins et Gnomes ?
Avec l’équipe Hearthstone, nous avons beaucoup discuté avant de choisir Gobelins et gnomes comme première extension. Tout d’abord, il nous fallait prendre en compte ce qui avait déjà été fait pour Hearthstone. La première aventure, la Malédiction de Naxxramas, a eu lieu dans la terrifiante, sombre et humide nécropole de Kel’thuzad : Naxxramas. L’équipe y a injecté une bonne dose d’humour grinçant grâce à une seringue digne de Grobbulus, mais au fond, Naxxramas est un endroit sérieux avec des morts-vivants et un thème très sombre.

Pour la première extension, l’équipe voulait faire quelque chose de très différent. De plus léger et coloré, voire un peu loufoque. Et surtout, que ce soit AMUSANT ! Les gobelins et les gnomes sont célèbres pour leurs incroyables inventions, et ils ont également une façon unique d’inspirer toutes sortes de sentiments ! Beaucoup de gens les adorent, eux et tout ce qu’ils font. D’autres aimeraient bien que leurs propres créations leur explosent en pleine figure. Que ces minuscules démolisseurs soient vos personnages préférés et que vous les jouiez chaque fois que vous en avez l’occasion, ou qu’ils soient votre cible de prédilection pour une annihilation totale, les gobelins et les gnomes ne laissent personne indifférent ! Gobelins et Gnomes comprend plus de 120 cartes incluant les plus folles inventions des deux races, ce qui vous ouvrira des horizons démesurément surprenants en matière de création de decks.

Mais bien sûr, la VÉRITABLE raison pour laquelle nous avons choisi Gobelins et gnomes, c’est cette chanson :

Par la fureur des gobelins !
Les gobelins sont connus pour leur sens aigu des affaires et leur passion pour les grosses explosions, et pas nécessairement dans cet ordre. Au cœur de l’ingénierie gobeline réside un désir profond et insurmontable de faire exploser… des trucs. Bien sûr, idéalement il s’agit de l’ennemi, mais ce n’est pas un prérequis absolu. Tant que quelqu’un se fait exploser, le gobelin de base est HEU-REUX.

Pour Gnomeregan !
À l’inverse, tout ce que font les gnomes, ils le font au nom de la SCIENCE ! Bien que les inventions gnomes aient moins de risques de finir en cratère fumant, il y a bien plus de probabilités pour qu’elles transforment d’innocents passants en poulets furieux. En fait, on dirait que l’ingénierie gnome se résume globalement à une combinaison des technologies les plus invraisemblables et d’une forte dose de « transformation fortuite de trucs en d’autres trucs ». Il est probable qu’au lieu de faire exploser quelque chose, une invention gnome fasse plutôt regretter à sa cible infortunée de ne pas avoir été éparpillée façon puzzle.

La technologie sur le terrain
Bien qu’ils soient souvent en désaccord, les gobelins et les gnomes ont combiné leurs connaissances pour créer un tout nouveau plateau de jeu pour Hearthstone: Gobelins et Gnomes. Bien que cette technologie soit bien trop instable et dangereuse pour permettre un test lors de la BlizzCon, soyez certains que lorsque Gobelins et Gnomes arrivera, l’appareillage éparpillé aux quatre coins de ce plateau fonctionnera d’une façon tellement spectaculaire que ça ne ressemblera en aucun cas à ce qui était prévu à l’origine.

Mécaniquement parlant
Bien que les gobelins et les gnomes soient au centre de cet affrontement en particulier, les véritables vedettes sont surtout les folles créations mécaniques qu’ils construisent. Gobelins et Gnomes apporte un tout nouveau type de serviteur mécanique, le Méca. Un très grand nombre des nouvelles cartes sont de ce type ou interagissent avec les Méca de façon intéressante. Chaque classe a également ses propres cartes de type Méca pour s’assurer que créer un deck majoritairement composé de Méca sera viable, et qu’ils seront utiles même dans des decks non-Méca. D’anciennes cartes qui étaient de toute évidence des Méca dès le départ arborent désormais la plaque « Méca » ! Enfin, ce qui est certainement le plus important : DES ROBOTS GÉANTS !

ÉJECTION ! ÉJECTION !
Bien sûr, tous les Méca ne sont pas des automates. Certains ont des pilotes, et quand le Méca est détruit, le pilote appuie sur le gros bouton rouge du siège éjectable, débarque en parachute sur le plateau de jeu et continue le combat ! En général, c’est un serviteur de coût inférieur au Méca, mais quand Sneed a été vaincu dans les Mortemines, il a abandonné son vieux déchiqueteur, et seul un serviteur Légendaire pouvait en prendre les commandes. Ce serviteur peut bien évidemment varier grandement : cela peut être le chroniqueur Cho… ou bien Ragnaros ! Alors, cette bonne vieille Ragnarosse se sentira peut-être un peu à l’étroit dans le siège du pilote, mais ne vous inquiétez pas : tout est possible GRÂCE À LA SCIENCE !

Vous n’auriez pas une p’tite pièce de rechange ?
Les gobelins et les gnomes adorent bricoler. Tant qu’un objet n’a pas subi quelques « améliorations » d’ingénierie, il ne peut pas être au point. Cette passion du bricolage est représentée par les cartes Pièce détachée dans Gobelins et Gnomes. Ces sorts à 1 cristal de mana peuvent être obtenus de différentes façons, et utiliser ces cartes permet aux joueurs d’améliorer un peu un serviteur sur le plateau de jeu ou de désavantager l’adversaire à un moment critique. Même si elle ne peut pas être ajoutée directement dans un deck, une carte Pièce détachée aléatoire peut souvent être obtenue quand certains serviteurs entrent en jeu, ou sont détruits, laissant place à un cratère plein de bricoles bien utiles.

Un magnifique chaos
Évidemment, nous avons ajouté des cartes qui ne sont ni des Méca, des gobelins ou des gnomes. Pour vous donner un exemple, nous avons placé le sort de guerrier « Lame rebondissante » dans la catégorie « Seul un gobelin peut s’imaginer que c’est une bonne idée » :

Les meilleures affaires, c’est ici !
Alors vous vous demandez sans doute comment bricoler votre collection pour y ajouter Gobelins et gnomes ? Vous pourrez obtenir les paquets de cartes Gobelins et gnomes au même prix (en or ou en argent réel) que les paquets classiques Hearthstone. Si vous avez déjà une belle réserve de poussière arcanique, c’est votre chance ! Vous pouvez également créer les cartes Gobelins et gnomes pour le même coût, suivant leur rareté, que les cartes existantes. Attendez un peu de voir ce qui se passe quand vous ouvrez un paquet Gobelins et Gnomes !

GvGpanel_PPT_13_HS_Lightbox_CK_500x250.jpg

Yong Woo, producteur senior
Yong Woo a pris la parole pour présenter une nouveauté qui arrivera en même temps que Gobelins et Gnomes…

On est mieux entre amis
En travaillant sur Hearthstone, nous nous sommes très tôt rendu compte d’une chose : regarder peut être aussi amusant que jouer ! À chaque fois que l’un d’entre nous dispute une partie vraiment intéressante, toute l’équipe se rassemble pour regarder, puis parler du jeu, des cartes et de concepts de decks.

GvGpanel_PPT_14_HS_Lightbox_CK_500x250.jpg

C’est une expérience toujours excellente, et l’une de nos manières préférées de jouer, c’est quand on est entourés d’amis. C’est aussi pour cela que nous sommes toujours heureux de voir des joueurs se réunir pour s’affronter et discuter lors d’un Hearthstone Café. Mais évidemment, vos amis et vous ne pouvez pas toujours être dans la même pièce ; parfois, vous n’êtes même pas sur le même continent ! C’est l’un des aspects précieux de la communauté de Blizzard : on se fait en permanence des amis partout dans le monde.

Nous avons donc travaillé d’arrache-pied sur une nouvelle fonctionnalité, qui est peut-être la plus demandée depuis le lancement du jeu…

Eh oui ! Nous allons faire du mode spectateur une réalité. Vous pourrez bientôt suivre les parties de vos amis comme s’ils étaient assis à côté de vous quand la dynamite commencera à voler dans Gobelins et gnomes !

Excellent ! Mais comment ça marche ?
Après la sortie de Gobelins et Gnomes, vous verrez sur votre liste de contacts un nouveau bouton permettant de devenir spectateur à côté des noms de vos amis en train de jouer. Nous voulions que ce mode soit facile d’utilisation, comme si vous passiez derrière la chaise de votre ami, et il suffit donc de cliquer sur ce bouton pour suivre sa partie !

GvGpanel_PPT_16_HS_Lightbox_CK_500X250.jpg

Une fois devant la partie de votre ami, vous aurez presque l’impression d’être devant son ordinateur. Vous verrez le pointeur passer sur les cartes et serviteurs pendant qu’il réfléchit ; vous verrez la flèche de ciblage et pourrez suivre son raisonnement ; vous verrez même les emotes utilisées. Presque comme si vous jouiez vous-même, donc, mais l’indicateur du mode spectateur en bas à gauche sera là pour vous rappeler que vous ne faites que regarder. Inutile d’essayer, vous ne pourrez pas intervenir en voyant votre ami passer à côté d’une combinaison qui tuerait l’adversaire !

En revanche, en tant que spectateur, vous pourrez entièrement choisir ce que vous regardez. Au cours de la partie, vous pourrez passer sur les cartes et serviteurs pour lire les textes complets et les détails des effets actifs, ou consulter l’historique pour voir ce qui s’est passé avant votre arrivée !

GvGpanel_PPT_17_HS_Lightbox_CK_500X250.jpg

C’est mieux en public !
Quand quelqu’un suivra votre partie, un indicateur situé en bas à gauche de l’écran vous préviendra que vous avez de la compagnie. Il montrera combien d’amis regardent, et lesquels. Bien sûr, si vous préférez jouer sans spectateurs, vous pourrez passer ce mode sur invitation uniquement, ou même « expulser » les indésirables de votre partie.

On nous a très souvent demandé un moyen efficace de commenter un duel entre deux joueurs sans avoir à monter des flux multiples, et nous tenions à rendre le mode spectateur utile pour les commentaires en tournoi : il permettra donc de regarder les parties de deux joueurs à la fois. Vous pourrez dans ce cas voir les mains des deux joueurs, et les commentateurs pourront les suivre tous les deux à partir d’une seule instance de jeu.


C’est tout… pour le moment !
Voilà tout ce que nous a annoncé Eric Dodds pour Gobelins et Gnomes pendant la BlizzCon, mais vous pouvez être certains qu’il y aura bientôt d’autres nouvelles explosives pour l’extension, alors nettoyez-moi cette suie sur vos lunettes, et pointez vos récepteurs dans la bonne direction pour recevoir toutes les informations !

Sortie en décembre 2014 !

Chargement des commentaires...

Une erreur est survenue lors du chargement des commentaires.